Le FMI prie la Belgique de renoncer à l’indexation automatique des salaires

 

000_Par6064976_0

 

 

 

Le Fonds monétaire international (FMI) a recommandé vendredi à la Belgique de laisser s’éteindre le mécanisme d’indexation automatique des salaires et d' »accélérer » les réformes structurelles pour accroître la productivité et restaurer la compétitivité de l’économie afin de favoriser la relance.

Le FMI salue toutefois les efforts réalisés par le gouvernement fédéral lors du dernier contrôle budgétaire pour « consolider les finances publiques », qui ont contribué à améliorer la confiance des marchés, alors que l’économie belge est – comme la majorité de celles de la zone euro – entrée dans sa seconde année de croissance quasi-nulle.

Dans un rapport publié vendredi, les 24 directeurs exécutifs du FMI recommandent toutefois aux autorités belges de « supprimer » l’indexation des salaires et de « renforcer le lien entre l’évolution domestique des salaires et celle des pays partenaires », tout en corrigeant les « déviations » passées.

Ils ajoutent que les « réformes structurelles devraient être accélérées pour accroître la productivité, restaurer la compétitivité et augmenter l’offre de travail », des mesures qui contribueraient à améliorer la croissance. Le rapport souligne que d’autres réformes sont nécessaires en matière de pensions et de politique sociale pour augmenter l’âge du départ effectif à la retraite et les taux d’emploi.

Le FMI insiste également sur la poursuite de la réduction du déficit budgétaire – qu’il situe à « juste en dessous » des 100% du Produit intérieur brut (PIB) -, en réduisant davantage les dépenses publiques. Le rapport préconise enfin aux différents niveaux de pouvoir d’élaborer un cadre fiscal pluriannuel « plus clair » définissant qui assume telle ou telle charge.

 

 

Source