48 000 PERSONNES JOUENT ENSEMBLE À POKÉMON EN CE MOMENT MÊME,…

Internet a vrillé. Actuellement, 48 000 joueurs sont en train de jouer à une partie collective du jeu GameBoy Pokémon Rouge sur le site de livestream Twitch.tv. Si vous avez assez de temps à perdre pour les rejoindre, rendez-vous à cette adresse.

À en croire sa page Wikipédia, « TwitchPlaysPokemon est une expérience sociale. Elle consiste en une tentative de collaboration sur une partie du jeu vidéo Nintendo Pokémon Rougeen récupérant les commandes données par les utilisateurs dans une fenêtre de messagerie instantanée par décomposition analytique. »

Au lieu d’être contrôlé par un seul joueur, le personnage est manipulé par une foule d’internautes, qui peuvent proposer n’importe quelle action du jeu –haut, bas, A et B. Chacune des commandes est enregistrée et permet de faire bouger le personnage. À l’heure qu’il est, les joueurs ont fini plus de la moitié du jeu – ce qui est soit un miracle, soit une démonstration informatique du paradoxe du singe savant – et la page compte plus de 19 millions de pages vues. 

Lancé le 14 février, ce jeu a été créé par un programmeur australien anonyme. Dans une interview accordée au site Polygon, il a expliqué avoir conçu ce jeu « pour voir comment les gens réagiraient ». Forcément, cette expérience a eu son lot de problèmes, ce qui est plutôt classique quand des milliers d’enfoirés essaient simultanément de faire foirer un jeu. Un système a même dû être mis en place pour éviter des débordements récurrents – les joueurs peuvent désormais voter pour jouer en « démocratie » (la commande la plus votée sur une période de 20 secondes est directement appliquée dans le jeu) ou en « anarchie » (toutes les commandes sont directement appliquées). 

Je ne joue pas trop aux jeux vidéo, mais il faut avouer que ce truc soulève pas mal de questions intéressantes sur les comportements collectifs en ligne. Ce n’est pas trop difficile d’imaginer un futur proche où des milliers de joueurs s’associeront pour exécuter un gameplay « parfait ». Mais comme vous aurez pu le constater, cet exemple est un peu primitif, et le gameplay est loin d’être parfait. La plupart du temps, le personnage se balade vaguement de gauche à droite, se cogne en permanence et tente continuellement d’utiliser des objets, en vain. Même le simple fait de marcher dans la bonne direction paraît impossible, et le créateur a lui-même expliqué avoir de gros doutes sur la capacité des joueurs à terminer le jeu. Ce projet constitue à lui seul un argument contre la démocratie. Mais ils ont quand même dépassé la moitié du jeu, ce qui est assez impressionnant pour que je perde un peu plus de temps à les regarder jouer.